Elagage des arbres : tronçonnage à la Kyotaise ?

Publié le par Jean Pensédent Erblon et Jean S. Sahaï

Ce matin, en plein carême donc, les palmiers royaux du Parcours sportif de Papitre-Plage ont passé un sale quart d'heure: un sire formé et payé, juché sur un chariot élévateur coûteux, armé d'une tronçonneuse bien huilée et payée de vos impôts, a fait autant de dégâts qu'un ouragan clinique.

Piteuse Pitrerie en Bangouville, quelques semaines après l'attaque mortifère de leurs cousins non palmés de Raizet et Grand-Camp !

Dr Henri, Dr Jacques, Dr Daniel, et autres, mais kesako ce Texaco? L'euthanasie du végétal? Au sommet des palmiers royaux qu'hier encore nous trouvions si majestueux au-dessus de nos petits pas d'humaine remise en forme, le cigare et son lépluche restent bordés de juste trois/quatre palmes rescapées. Attaque à l'architecture, insulte à la rondeur, contrevenance au mandala de la nature, provocation à l'investisseur en tourisme...

Dans de très nombreux cas, le chiffre descend à deux palmes académiques.

Par terre, le promeneur respire l'air vert-mer en pilant ces amas de palmes vives, trésor, ô St J. Perse, en parfait état de luire.

On n'ose respirer en craignant que les jours des nobles arbres à pain de Grand-Camp en Mare-St-Ville, ne soient aussi comptés. Véritable mur anti-décharge, substantielle nourriture polynésienne de combien encore de fils d'enclave, ces fouyapen ne doivent leur salut peut-être provisoire ainsi que celui d'un avocatier qu'à la menace au fusil ému d'un locataire de la cité respectueux du vert.

Déjà, Gwadair-Ripponaille ou pas, assurément nous déplorons perte en poumons efficaces d'un vénérable sablier, un généreux monbinier, d'altiers cocotiers et d'autres essences... Bûcheron de l'inutile excision et de la délirante circoncision! Comme un jour les manguiers duLycée Carnot, tu les a qui décimés, qui dinausorisés, qui étêtés, qui occis en tête, ou hélas, condamnés à ne plus jamais refeuillir, ni accueillir de ti-zozieaux.

Aux aaarbres citoyens! Que vive le palmier royal et toutes ses gaulettes!

Jean Pensédent Erblon et Jean S. Sahaï

Publié dans negmawon

Commenter cet article