“Welcome to ARTSCAPE 2006!”

Publié le par zephyrin

À Baltimore dans l’Ėtat du Maryland, au mois de juillet, le temps d’un week-end, se tient un festival culturel qui draine bons nombres de locaux et de visiteurs qui s’amassent le long de la Mount Royal Avenue (fermée à la circulation pour l’occasion). Cette année le festival s’est tenu du 21 au 23 juillet.

Artscape est le festival estival favori de la région. Le nombre de participants qui vient grossir les rangs chaque année ne cesse de croître et se décompte en plusieurs centaines de milliers. Cet évènement est très attendu, et pour cause, il est entièrement gratuit. Mais ne vous y trompez pas, la qualité n’est pas négligée, et la palette culturelle offerte dépassera toutes vos attentes, tant la diversité est au rendez-vous. Pour ainsi dire, le nom Artscape n’a pas de signification propre en anglais. Je serais tentée de dire qu’il y a jeu de mot composé à partir de escape signifiant “s’échapper” et du mot Art, car Artscape est une véritable célébration des Arts, tous les Arts ou ses formes (120 d’après l’organisation) qui s’étendent de la musique à la danse en passant par le cinéma, le théâtre, la cuisine, la mode, la sculpture, la peinture, le chant…etc. La musique est sans conteste, l’un des pôles d’attraction, pour lequel quatre scènes de concert sont montées en extérieur, pour accueillir des artistes aussi bien régionaux, nationaux qu’internationaux. Durant 3 jours, les mélomanes devraient trouver matière à satisfaire leur attente, entre une scène Soul, une scène R&B, Jazz, Blues, Funk, Rock, Funk, Ska, Reggae, Latin, Country, ….sans oublier l’Orchestre Symphonique de Baltimore d’excellence internationale !

Ce festival connaît un succès retentissant, car bien qu'en étant gratuit, les différentes scènes musicales ont vu évoluer des artistes de renoms, tels que Ray Charles (2001), Boys II Men (2003), Isaac Hayes (2004), Shaggy (2005), …etc... Cette année Common (artiste Hip-Hop) ou encore Goapele (Néo-Soul) étaient présents. Le public qui s'y rend est composite. Qui de Noirs ou de Blancs ou autres, chacun cherche à assouvir ses passions. Le temps que je m’arrête à un concert de rock alternative, je me fais happer par une foule en délire, presque qu’exclusivement blanche, tandis qu’à l’autre bout de l’avenue une marrée humaine noire (sans mauvais jeu de mot !) se bouscule pour écouter les vibes de Goapele. J’étais venue presque exclusivement pour elle, mais j’y ai renoncé, la foule est trop compacte, et me suis rabattue sur une longue visite des stands également diversifiés entre littérature, peinture et artisanat d’art. Tout est à vendre si on adhère au principe que “l’Art n’a pas de prix. ”, bien entendu !

Il est quasi impossible de faire le tour du festival dans sa totalité. Le succès était au rendez-vous, malgré un épisode pluvieux. Cette année, j'ai quand même pu savourer un poulet boucané acheté dans une paillote tenue par des Saintes-Luciens. Il en avait le goût et c'est déjà cela.

Pour ma part, je ne peux que juger positivement un évènement de cette valeur. De part sa gratuité, il aura eu de plus pour effet collatéral, de brasser des groupes de populations qui normalement ne rentrent pas ou peu en contact dans le système socio-économique de ce pays !

Cette année Artscape fêtait sa 25 eme édition, cet évènement populaire me semble être une tradition depuis 1982, date de sa création. Le RDV est donc pris pour le 20-22 juillet 2007.

Coco B.


source

Publié dans negmawon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article